Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

IBN ARABI

Des qualifications requises pour recevoir l’investiture.

Ainsi tu dois voiler le vice du mensonge par le vêtement de la véracité, le vice de la traitrise par le vêtement de la loyauté, la trahison par le vêtement de la fidélité, l’hypocrisie par la sincérité, les mauvais traits de caractère par les nobles vertus, les actes répréhensibles par le manteau des actes louables et tout vil défaut par le manteau d’une qualité élevé. Il faut cacher l’abandon des causes secondes par une adhérence totale de l’être à l’Unicité divine, la confiance en les créatures par la confiance en Dieu et l’ingratitude par la reconnaissance envers le Bienfaiteur.

Puis tu te pares de l’« ornement de Dieu » en revêtant des traits de caractères louables, tels que : observer le silence au sujet de ce qui ne te concerne pas, détourner tes yeux de ce qu’il est illicite de regarder, examiner les actes de tes membres avec scrupule, te garder d’avoir mauvaise opinion des autres, inspecter minutieusement les actes que tu as commis dans le passé et ce qu’ont enregistré les « nobles scribes ».

Tu dois te contenter, si peu que ce soit, de ce que tu trouves pour ta subsistance, scruter les habitus « disposition ou manière d'être » de ton âmes, pratiquer assidument la demande de pardon et la récitation du Coran, respecter les règles de convenance qui nous viennent du Prophète (paix et bénédiction sur Lui). Il faut te familiariser avec les vertus des pieux, déployer tes efforts en ce qui regarde la religion et la piète filiale, te comporter envers ton voisin avec bonté et sacrifier ton honneur (le fait de pardonner toute injure)

Tu dois faire preuve d’abnégation, autrement dit te sacrifier pour subvenir aux besoins des créatures, te comporter avec bonté envers l’ami comme envers l’ennemi, faire montre de modestie et de tendresse, supporter les torts dont tu es victime. Abstiens-toi de prêter attention aux erreurs des frères, de débattre de divergence qui ont opposé les Compagnons et ceux qui nous ont précédés d’entre les grands hommes. Garde-toi de fréquenter les insouciants à moins que ce ne soit pour les rappeler à leur devoir ou pour invoquer Dieu parmi eux. Abstiens-toi de scruter les évènements et les signe de Dieu, de médire des pécheurs appartenant à la communauté de Muhammad (paix et bénédiction sur Lui), de t’emporter sauf lorsque sont enfreins les interdits divins. Il faut dépouiller ton cœur de la haine et de la rancœur, pardonner l’injure, autrement dit ne pas t’irriter lorsque tu en cause, ne pas attacher d’importance aux faux-pas des hommes honorables et protéger les femmes. Tu dois respecter les doctes et les hommes de religion, honorer les personnes âgées et les êtres de noble caractère, qu’ils soient musulmans ou infidèles, selon la limite légale applicable aux uns et aux autres. Il faut respecter les règles de convenance à l’égard de Dieu et de toute personne morte ou vivante, présente ou absente, repousser la calomnie qui atteint la réputation d’un musulman.

Prends garde de trop parler, d’être pédant ou volubile, car à trop parler on dit n’importe quoi. Il faut respecter les grands, avoir de la bonté envers les faibles, de la compassion envers les humbles, visiter les démunis et les consoler par la bonté et la générosité, les bonnes paroles et la bonne direction, Tu dois te montrer hospitalier, prononcer la formule de salutation, à voix haute, être charitable envers les hommes selon la limite légale, ne pas les blâmer, les maudire, les diffamer ou les injurier. Il faut récompenser celui qui t’a fait mal par le bien.

Garde-toi de souhaiter le malheur à quelqu’un, d’injurier nommément un serviteur de Dieu qu’il soit mort ou vivant, car celui qui est vivant tu ignores, s’agissant d’un infidèle, comment il finira et quant à celui qui est mort, tu ne sais pas comment il a fini. Ne reproche pas leurs passions à ceux qui en ont, ne recherche pas l’autorité sur qui que ce soit et n’opprime pas tes enfants pour les faire servir ton intérêt personnel.

Prend garde de laisser les gens souiller ton oreille en rapportant des propos émanant de toi ou d’autres susceptible de te nuire. Aime tous les croyants, ceux qui te font du tort comme ceux qui te font du bien, en considération de leur amour pour Dieu et son Envoyé et ne les déteste pas sous prétexte qu’ils de l’inimité pour toi pou pour quelqu’un d’autre.

Ne te réjouis pas de ce qui se dit de bien à ton sujet parmi les gens, même si tu le mérites, car tu ignores si cela te restera ou si tu en seras dépossédé. Ne te distingue pas des croyants en laissant paraitre des vertus exceptionnelles à moins que tu ne sois de ceux qui, en raison de leur rôle dans la communauté, doivent servir de modèle aux autres.

Ne manifeste pas l’humilité dans ton comportement extérieur en laissant tomber les épaules et tes bras à terre, à moins que cela ne coïncide avec ton état intérieur ; ne recherche pas la richesse en ce bas monde ; ne te soucie pas de ce qu’on ignore ton rang spirituel : bien au contraire il convient qu’a tes propres yeux tu n’aies aucun rang. Ne cherche pas à imposer le silence afin que l’on t’écoute et ne t’offusque pas d’une réponse qui va à ton encontre. Montre-toi patient pour Dieu et avec Dieu : « Endure avec ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir et désirent Son visage, et ne détourne pas ton regard d’eux pour rechercher la parure de ce bas monde. N’obéis pas à celui dont Nous avons rendu le cœur oublieux de Notre rappel, qui suit ses passions et dont le comportement est extravagant. Dis : la vérité vient de notre Seigneur croit qui veut et mécroit qui veut. »

Impose toi d’être juste mais n’exige de personne qu’il soit juste envers toi. Prends l’initiative du salut quand tu rencontres des musulmans et rends toujours le salut à celui qui t’a salué, assez fort pour qu’il s’entende. Prends garde de blâmer les riches lorsqu’ils sont avares ou les fils de ce bas monde lorsqu’ils s’en disputent les richesses et de convoiter ce qu’ils possèdent. Prie en faveur de ceux qui détiennent le commandement et non en leur défaveur, fussent-ils injustes. Combats ton âme et tes passions car ce sont tes plus grands ennemis ; évite de t’attarder dans les marchés et de t’y promener ; ne porte pas préjudice aux chefs religieux et ne porte pas témoignage contre les gens de la qibla par des propos qui sont susceptibles d’en écarter celui qui t’écoute. Astiens-toi de polémiquer au sujet des disputes qui ont éclaté entre les Compagnons « Dieu soit satisfait d’eux » et plus généralement au sujet des morts car ils ont reçu la sanction des actes qu’ils avaient accomplis. Evite les controverses concernant le Coran et la prédestination. Eloigne-toi de la compagnie des gens qui suivent leurs passions et des novateurs qui portent atteinte à la religion et aux souverains. Tu dois extirper de ton cœur la cupidité, la jalousie, la vanité et veiller à ne pas manifester ces attributs en dehors des cas prévus par la Loi. Attache-toi à la communauté car « le loup ne mange que les brebis solitaires ».

Méfis-toi de la hâte, sauf pour cinq choses :

  • Accomplir les prières au début de leur temps ;
  • Faire le pèlerinage quand les conditions sont réunies ;
  • Offrir de la nourriture à ton hôte avant d’entamer la conversation ;
  • Préparer les funérailles du mort
  • Marier la fille vierge quand elle est pubère.

Déploie tous tes efforts pour conseiller les serviteurs de Dieu, qu’ils soient musulmans, infidèles ou polythéistes, avec sagesse et diplomatie. Supprime les causes de négligence et veille à accomplir les prières de la manière la plus parfaite. Veille sur ton « âme » en lui demandant des comptes, repousse l’ignorance en recherchant la science et sois favorable à quiconque la recherche. Regrette tout excès dans l’utilisation du bien (que Dieu t’a accordé.) Ecarte-toi des passions et de la « demeure des illusions ». Tu dois croire qu’il te faut haïr ton âme laquelle, chez les hommes de Dieu, désigne toute pensée blâmable. Il faut réparer les iniquités se corriger de l’avidité, déployer tous ses efforts pour rétablir la paix entre ceux qui se disputent car Dieu rétablira la paix entre Ses serviteurs au jour de la Résurrection. Il faut faire tomber le doute, être constamment sur tes gardes et dans la crainte, ne te soucier que de Dieu, aimer et haïr en Dieu, montrer de l’amour pour la parenté de l’Envoyé de Dieu (paix et bénédiction sur Lui) de l’amitié pour ceux qui sont pieux. Il faut pleurer beaucoup, implorer Dieu, prier jour et nuit, fuir le repos, montrer de l’humilité à l’égard de Dieu en toute circonstance.

Réprime la tristesse et l’anxiété de l’existence en pensant à la reconnaissance qui t’incombe envers le Bienfaiteur pour les dons dont il t’a comblé ; tu dois tendre vers Dieu en toute circonstance, aider les autres a pratiquer la piète et la crainte de dieu ; assister l’opprimé, répondre à celui qui appelle à l’aide, sauver celui qui est en détresse, apaiser le chagrin de celui qui est plongé dans la tristesse. Jeune le jour, pratique la prière nocturne ou mieux encore, passe toute la nuit en prière.

Pense à la mort, visite souvent les tombeaux et ne profère pas de paroles inconvenantes quand tu t’y trouves ; prie sur les défunts et accompagne leur cortège funèbre, devant si tu es à pied, derrière si tu es sur une monture. Caresse la tête des orphelins, visite les malades, donne l’aumône, aime les gens qui font le bien. Invoque le nom de Dieu en permanence, surveille ton âme et demande-lui compte de tes actes extérieurs et intérieurs. Familiarise-toi avec la Parole de Dieu, retire la sagesse des propos de quiconque te parle et de tout ce que tu regardes. Endure patiemment les sentences de Dieu, car tu es sous Son regard ainsi qu’il a dit : « Endure le décret de ton Seigneur car tu es sous Nos yeux », donne la préférence à l’ordre divin et recherche tout ce qui est susceptible de te rapprocher de Lui. Déploie toute ton énergie dans ce qui plait à Dieu et Le satisfait. Tu dois agréer le décret mais non pas nécessairement ce qui est décrété.

Il faut recevoir ce qui vient de Dieu avec joie, t’acquitter de ta relation de vassalité envers Lui en étant avec Lui car Dieu est avec Ses serviteurs ou qu’ils soient. Il faut t’affranchir des choses vaines, te montrer patient dans les épreuves, renoncer à ce qui est permis, t’occuper ce qui est le plus important au moment présent, chercher le Paradis en le désirant avec force en tant qu’il est le lieu de la vision de Dieu, qu’il soir exalté !

Tiens compagnie à ceux qui sont éprouvés avec bienveillance, conserve avec les indigents et assied-toi auprès d’eux dans le lieu de leur pauvreté. Aide celui dont l’état nécessite que tu lui viennes en aides, aie le cœur intègre, prie pour les musulmans en secret, sers les pauvres, sacrifie-toi pour les autres, car c’est lorsque tu contraries ton âme que tu la sers. Réjouis-toi du bien-être de la communauté et afflige-toi de sa corruption. Donne la priorité à celui à qui Dieu et son Envoyé (paix et bénédiction sur Lui) donnent la priorité et place en dernier ceux que Dieu et Son Envoyé (paix et bénédiction sur Lui) placent en dernier.

 Sources : Le livre de la filiation spirituelle aux éditions Tasnim.

Tag(s) : #IBN AL ARABI
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :