Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

azaz.jpg

 

 

 

 

La Science :

 

« Rien n’est plus fort que la science. Les souverains dirigent les gens et les savants dirigent les souverains »

 

« L’élément distinctif par lequel l’homme se démarque du reste des animaux c’est le savoir »

 

L’adab :

 

"Parmi les enseignements de la loi se trouve la certitude que Dieu le Très Haut t’observe à tout moment… et le fruit de cette certitude c’est que l’homme soit, dans son isolement, maitre de son comportement, à l’instar de celui qui se trouve en présence d’un souverain qui porte le regard sur lui qui porte le regard sur lui. Il ne cessera alors d’avoir la tête baissée, d’être éduqué dans ses gestes, de contrôler le moindre de ses mouvements qui iraient à l’encontre de l’adab"

 

Dhikr :

 

« S’éduquer par le rappel incessant de Dieu le Très-Haut s’impose dans toutes les circonstances. L’altération des choses est liée à la volonté de dieu l’exalté car Il a certes éduqué Son Messager, paix et bénédictions de Dieu sui lui, par Ses Paroles : « tu ne diras certes plus à propos de quelque chose : « je ferais cela demain » sinon en ajoutant « que Dieu veuille ».

 

«  L’élément qui a une influence efficace sur le cœur c’est le rappel incessant et la présence du cœur ; car le rappel de la langue alors que le cœur est occupé à autre chose n’a qu’un faible effet. »

 

     L’au-delà :

 

« L’homme doué de raison n’oublie jamais de se rappeler l’Au-delà car il constitue son devenir et sa demeure. Ainsi, la vue de l’eau, du feu, etc. Est-elle toujours l’occasion pour lui d’en tirer une leçon ou un avertissement ; car l’individu ne perçoit les choses qu’en fonction de ce qui le préoccupe »

 

     la Prière :

 

« …la clé des cœurs ; c’est durant la prière que se dévoilent les secrets que renferment les mots. C’est là, la juste part de la lecture ; il en va même pour les rappels et invocations… »

 

     l’aumône :

 

« Purifier le cœur de l’avarice s’impose car elle fait partie des traits de caractère qui conduisent à la perdition »

 

     le jeune :

 

« Le degré de l’homme est supérieur à celui des animaux parce qu’il a la capacité de briser sa concupiscence grâce à la lumière de sa raison. Il est cependant en-deçà du degré des anges, dominé qu’il est par ses passons et du fait qu’il est éprouvé par la lutte qu’il mène contre elles. Ainsi, chaque fois qu’il s’adonnera tout entier à ses passions, il s’abaissera au plus bas degré et rejoindra de la sorte la plus vile des créatures. »

 

"Les savants de l’Au-delà comprennent que l’objectif du jeune est de prendre l’un des caractères de Dieu qu’Il soit exalté, à savoir de n’avoir besoin de rien pour exister"

 

« Sache que le jeune comporte trois degrés :

Le jeune du commun des mortels,

Le jeune des distingués

Le jeune des initiés

Le jeune du commun des mortels ne consiste qu’en la privation des plaisirs du ventre et du sexe, comme nous l’avons précédemment développé.

Le jeune des distingués, quand a lui, consiste à éviter à l’ouïe, à la vue, à la langue, aux mains et aux pieds, ainsi qu’au reste des membres, les péchés.

Le jeune des initiés, enfin, c’est le jeune du cœur en évitant la vile digestion ainsi que les pensées mondaines. C’est aussi évacuer complètement tout ce qui n’est pas Dieu qu’il soit exalté »

 

     la lecture du saint Coran :

 

« Si l’homme compte parmi les adorateurs qui cheminent dans la voie de l’action il doit au moins lire le Coran deux fois dans la semaine. Si, par contre, il compte parmi les cheminants par les actes du cœur ou par les actes de la pensée ou bien encore s’il est de ceux qui s’affairent à répandre la science, il n’y a aucun mal à ce qu’il se contente d’une seule lecture complète dans la semaine. Si, par ailleurs, il est de ceux dont la pensée pénètre efficacement les significations du Coran, il peut alors se contenter d’une seule lecture dans le mois en raison de la disponibilité qu’exigent sa grande réflexion et sa méditation. »

 

« Quand à la véritable lecture du Coran, elle consiste en ce que la langue, la raison et le cœur y soient associés en même temps… la langue le récite mot par mot, la raison en traduit le sens et le cœur en reçoit les exhortations »

 

     L’alimentation et contemplation :

   

«  L’objectif des hommes doués de raison réside dans la rencontre de Dieu le Très haut dans la demeure de la rétribution. Il n’y a aucun moyen de parvenir à sa rencontre se ce n’est par la science et l’action. Cependant, persévérer dans la science et l’action n’est possible que grâce aux aliments. »  

 

« Tout individu doit avoir pour intention, lorsqu’il mange, de prendre des forces pour adorer Dieu le Très –haut afin qu’il soit obéissant en mangeant sans qu’il n’ait l’intention, en se nourrissant, d’en tirer quelque délice ou plaisir »

 

« S’il répond à une invitation, il ne doit pas avoir l’intention de satisfaire le désir de son ventre faisant de lui un homme agissant pour l’Ici-bas. Il doit avoir une intention saine, afin, qu’en acceptant l’invitation, il agisse pour l’Au-delà »

 

"Quiconque a consommé l’illicite, ses membres seront insoumis qu’il veuille ou non, qu’il ait eu connaissance ou non de ce qu’il a consommé ; quant à celui qui a consommé le licite, ses membres lui seront soumis et disposés à faire le bien"

 

« si l’illicite pénètre dans l’estomac ; il agira sur la dureté du cœur même si l’individu ignore qu’il a consommé de l’illicite »

 

    Le Mariage :

 

« Le quatrième avantage du mariage c’est que le cœur peut se passer de penser à entretenir la demeure, évitée d’avoir à s’occuper de cuisiner, de balayer, de faire le lit et la vaisselle et enfin de ranger ce dont il a besoin pour vivre. Ainsi, si l’homme n’avait quelque plaisir dans le coït, vivre seul dans sa demeure lui aurait été difficile puisque s’il avait à accomplir toutes les tâches ménagères il y passerait la majeure partie de son temps et ne Pourrat se consacrer à la science et à l’action. C’est pourquoi la femme pieuse qui prend soin de la demeure est-elle pour lui, de ce point de vue, une aide dans la pratique du culte… c’est à ce propos qu’Abu Sulayman ad-Darani, que Dieu lui fasse miséricorde a dit : « La femme pieuse n’est pas de ce monde parce qu’elle te soulage pour que tu te consacre entièrement à l’Au-delà »

 

« Perpétuer l’adoration sans repos est chose impossible »

 

    L’acquisition des biens et moyen de vivre :

 

« L’homme ne pourra tirer dans la quête de ce bas-monde, les moyens d’accéder à l’Au-delà sans qu’il ne soit préalablement éduquer, pour sa quête, par les règles et usages établis par la loi »

 

« S’acquitter de ce qui revient de droit à Dieu lorsque l’on est constamment en contact avec les gens et que seuls les véridiques peuvent assurer »

 

« Ne laisse pas ton enfant s’engager dans l’une des deux ventes ainsi que dans l’un des deux métiers suivants : La vente de nourriture et la vente de linceuls ; il souhaiterait ainsi la hausse des prix et la mort des gens. Quant aux deux métiers : fasse qu’il ne soit pas boucher, car cette activité endurcit le cœur, ou orfèvre parce qu’il embellit l’Ici-bas d’or et d’argent »

 

    Les princes et les Rois

 

« La majorité des possessions des souverains sont, en ces temps, illicites ; le licite y existe rarement »

 

« Les biens des souverains sont, à notre époque, pour tout ou partie illicites ; et comment en serait –il autrement alors que les biens licites sont composés d’aumônes, que les butins de guerre n’en font pas partie puisqu’ils ne parviennent pas jusqu’au souverain ? il ne reste ainsi que la capitation prélevée de manière injuste et non autorisée parce que les souverains dépassent les limites (fixé par la loi) en la prélevant. Si tu ajoutes à cela les biens corrompus provenant de sources diverses, tu constateras que les biens licites ne représentent pas le millième de leurs possessions »

 

« Sache que dans tes rapports avec les princes et les gouverneurs tyranniques se présentent trois situations différentes :

- La première, qui est d’ailleurs la pire des trois, c’est que tu t’introduises auprès d’eux.

- La seconde qui est moins grave que la précédente, c’est qu’ils te rendent visite.

- La troisième enfin, qui est la plus salutaire, c’est que tu t’en éloignes afin que tu ne puisses les voir ou qu’eux ne puisse te voir »

 

« C’est ainsi que les détenteurs de la science s’introduisent auprès des souverains ; j’entends par là les savants de l’Au-delà. Quant aux savants de l’Ici-bas, ils s’introduisent auprès des souverains afin de gagner leurs cour. Ils tolèrent leurs agissement et vont jusqu’à  leur forger, par le biais de divers stratagèmes, des sentences qui siéent à leurs desseins »

 

« En somme, les administrés ont été corrompus par la corruption des rois, eux-mêmes corrompus par la corruption des savants. N’étaient-ce les cadis et les savants corrompus, la corruption des rois auraient été moindre de peur d’être désapprouvés dans leurs agissements »

 

    Le bon caractère :

 

« Sache que la concorde est le fruit du bon caractère et que la séparation est le résultat du mauvais caractère. Le bon caractère appelle l’amour mutuel, l’amitié et l’entente. Le mauvais caractère résulte lui de l’inimitée mutuelle, de l’envie et de la discorde. Chaque fois que l’origine du fruit sera louable, le fruit lui-même sera louable et le bienfait du bon caractère est chose connue en religion. C’est de ce bon caractère dont Dieu, qu’Il soit exalté, a fait l’éloge de Son Messager, que la paix soit sur lui, lorsqu’il dit : en vérité tu es d’une condition morale éminente. Puis le Prophète, paix et bénédiction sur lui, a dit : « ce sont la crainte pieuse de dieu et le bon caractère qui feront le plus entrer les gens au Paradis »

 

« … l’objectif est donc que l’amour de Dieu, s’il s’intensifie, suscite l’amour de tous ceux qui s’acquittent de ce qui est du à l’adoration de Dieu, que ce soit dans une science ou un agissement déterminé. Il engendre, aussi l’amour de tous ceux qui ont un trait de caractère agréé par Dieu dans leur comportement ou dans leur éducation par les règles et usages établis par la loi »

 

« La personne agréée par Dieu est celle qui se pare des traits de caractères divins parce que Dieu est Celui qui voile les défauts, qui pardonne le péchés et il est, enfin, Celui qui fait rémission des fautes commises par Ses serviteurs »

 

    Le commun des gens :

 

« Ne te mêle pas au commun des hommes. Si tu devais le faire, sache que l’usage veut que tu évites de trop leur parler et que tu ne prêtes attention à leurs propos séditieux ainsi qu’à leurs grossièretés et qu’enfin tu évites de trop les rencontrer ou d’y avoir recours »

 

"Le remède : La retraite spirituelle"

 

« On ne peut emprunter la voie qui mène à l’au-delà sinon en embellissant son caractère et en l’éduquant. Quiconque ne se penche pas sur les aspects cachés de son intérieur et sur les souillures de ses traits de caractères est incapable d’en purifier le cœur. C’est pourquoi le voyageur est celui qui s’éloigne des mœurs des hommes. »

 

« Il n’incombe ni à l’aveugle ni à l’ignorant de voyager dans une caravane ou il n’y a personne qui sache définir la direction de la qibla tout comme il ne convient pas que le vulgaire s’installe dans une région sans jurisconsulte qui puisse lui exposer les détails de la loi »

 

    La Sama :

 

« sache que l’oratorio mystique est primordial : il produit un état psycho-spirituel dans le cœur qui s’appelle « extase » ; celle-ci provoque le mouvement des membres qui est soit désordonné, cela s’appelle « tremblement », ou cadencé et il s’agit de l’applaudissement ou de la danse »

 

« La sama est un révélateur véridique pour le cœur…qui fait ressortir la véritable nature des sentiments qui l’animent »

 

 

    Ordonner le convenable et interdire le blâmable

« Ordonner le convenable et interdire le blâmable constitue le pôle majeur de la religion. Il est cette affaire importante pour laquelle Dieu a envoyé l’ensemble des prophètes ; et s’il n’avait plus été possible de le faire et que la science et l’action eussent été vaines, la prophétie en serait devenue caduque…or, est arrivé ce que nous craignions qu’il n’arrivât. A Dieu nous appartenons et à lui nous retournerons ; car la science et la pratique de ce pôle ont été effacées, sa signification propre ainsi que sa prescription complètement anéanties. Les artifices des gens ont ainsi dominé les cœurs… et les gens se sont adonnés vilement à suivre leurs passions comme le font les animaux »

« De pareilles pratique éducatrices sont innombrables dans le Coran et c’est le Prophète, que la paix soit sur Lui, qui est le principal destinataire de cette éducation morale. C’est ensuite du Prophète que jaillit la lumière sur l’ensemble des gens parce qu’il a été éduqué par le Coran et les gens ont été éduqués par le Prophète. C’est à ce propos qu’il dit : j’ai été envoyé afin de parachever les bonnes mœurs »

 

Tag(s) : #Al-Ghazali

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :