Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

19917_10151436435133185_1329018208_n.jpg

 

 

 

 

 

Al-Hikam

Paroles de sagesses

de L’Imâm Ahmad Ibn 'Atâ'illâh As-Sakandarî

Chapitre 24


- Qui prétend être humble est en réalité orgueilleux. En effet ne peut s'abaisser que l'homme en rang élevé ; or, si tu prétends avoir un rang élevé, c'est que tu es orgueilleux.

- Ce n'est pas humilité véritable que se considérer, après s'être humilié, comme au-dessus du rang (choisi par soi-disant humilité). L'humilité véritable est celle de celui qui, s'étant humilié, se sent mériter un rang encore inférieur.

- La vraie humilité naît de la contemplation de Sa grandeur et de la révélation de Ses qualités.

- Ne te débarrassera de ta qualité que la contemplation de Sa Qualité.

- Le croyant absorbé par la louange qu'il adresse au Très-Haut, est détourné de se louer lui-même. Occupé de ses devoirs envers Dieu, il ne peut se souvenir de ses propres mérites.

- N'est pas amoureux véritable celui qui espère de l'aimé une compensation et recherche en lui un profit. T'aime qui se donne à toi, et non celui pour qui tu te dépenses.

- Si n'existait l'arène où l'on combat les passions, ne se réaliserait pas la marche des "voyageurs" (sâlikûn), car il n'y a pas entre Lui et toi de distance telle qu'il te faille voyager pour la franchir, ni d'obstacle à aplanir pour pouvoir arriver jusqu'à Lui.

- Il t'a placé dans le monde intermédiaire, entre le monde terrestre (mulk) et le monde angélique (malakût) afin de t'enseigner l'élévation de ton rang parmi Ses créatures et afin que tu saches que tu es une perle enveloppé par les coquilles de Sa création.

- L'Univers peut te contenir seulement en ce qui concerne ta corporéité, mais il ne le peut au regard de ta nature spirituelle.

- Celui qui est dans l'Univers et auquel n'a pas été ouvertes les arènes des mystères est emprisonné

- Tu appartiens aux choses créées tant que tu ne vois pas la Créateur. Lorsque tu Le vois, ce sont les choses créées qui t'appartiennent.

- La qualité d'élu (khuçuçiyya) n'anéantit pas la faiblesse humaine (bashariyya). Mais cette qualité peut être comparé au lever du soleil qui donne la lumière du jour. L'astre apparaît à l'horizon et n'en fait pas partie.

- Parfois le soleil de Ses attributs se lève sur la nuit de ton existence, parfois Il te retire cette faveur et te rend à ta limitation. Le jour ne provient pas de toi et ne t'appartient pas, mais il arrive sur toi.

- Par Ses oeuvres, Il prouve l'existence de Ses noms ; par l'existence de Ses noms, Il atteste l'existence de Ses qualités ; et par l'existence de Ses qualités, Il prouve la réalité de Son essence, car il est inconcevable qu'une qualité existe par elle-même.

- Aux "ravis" (majdhûbûn), Il dévoile d'abord la perfection de Son essence, puis Il les renvoie à la contemplation de Ses qualités, puis Il les ramène à l'attachement de Ses noms et enfin à la contemplation de Ses oeuvres. Les "voyageurs" (sâlikûn) se trouvent dans une situation inverse, car l'étape finale des "voyageurs" et la première des "ravis" ; et l'étape première des "voyageurs" est la dernière des "ravis", mais en un sens différents. Il arrive ainsi qu'ils se rencontrent en route, les uns en montant et les autres en descendant.

- La puissance des lumières qui illuminent les coeurs et leurs consciences intimes n'est connue que dans l'invisible monde angélique, de même que n'apparaissent les lumières des astres célestes qu'en ce monde visible.

- Goûter les fruits des actes d'obéissance dans l'immédiat annonce à leurs auteurs la récompense future.

- Comment demanderais-tu une rétribution pour un acte qu'Il t'a accordé de faire, ou comment demanderais-tu une récompense pour la sincérité avec laquelle, par Sa faveur, tu l'as accompli ?

- Pour certains, les lumières (de leur coeur) précèdent les invocations (adkhâr) ; pour d'autres, les invocations précèdent ces lumières. Tel invoque (Dieu) afin que son coeur soit illuminé, tel autre L'invoque parce que son coeur est illuminé.

- Le souvenir (dhikr) de Dieu ne se manifeste extérieurement (sous forme d'invocation) que par suite d'une vision et d'une compréhension intérieures.

- Il t'a rendu témoin (de Sa réalité) avant de demander ton témoignage. Ainsi, les choses extérieures proclament Sa divinité, tandis que les coeurs et les consciences intimes réalisent Son unité.

- Il t'a accordé trois faveurs insignes (karamât) :
1- en t'accordant de L'invoquer (ou de le mentionner), car, sans Sa grâce, tu ne serais pas digne de pratiquer Son invocation (ou mention) ;
2- en te gratifiant de la faveur d'être mentionné par lui, confirmant ainsi Sa relation avec toi ;
3-
en te faisant l'honneur d'être mentionné auprès de Lui, ce par quoi Il a achevé Sa munificence envers toi.

- Que de vies de longues durée ont été pauvre en grâces, et que de vies de courte durée ont été riches en grâces !

- Celui dont la vie est bénie en peu de temps des faveurs divines telles qu'elles dépassent toute expression et échappent à toute allusion.

- C'est être complètement abandonné (de Dieu) que, débarrassé d'occupations, ne pas s'avancer vers Lui, ou, les obstacles ayant diminué, ne pas voyager vers Lui.

- La méditation (fikra), c'est le voyage du coeur dans les arènes des choses créées.

- La méditation est le flambeau du coeur ; lorsqu'elle disparaît, rien ne l'éclaire.

- Il y a deux sortes de méditation, l'une provenant d'assentiment et de foi, l'autre de contemplation et de vision. La première est celle de ceux qui réfléchissent ; la seconde, celle de ceux qui contemplent et discernent.

 

FIN

Tag(s) : #Hikam de ibn Ata' Allah

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :