Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

  8.jpg

Al-Hikam

Paroles de sagesses

de L’Imâm Ahmad Ibn 'Atâ'illâh As-Sakandarî

Chapitre 5




- L'un des signes de la mort du coeur, c'est l'absence de tristesse après avoir négligé l'accomplissement d'un devoir, et l'absence de regret après avoir commis une faute.

- Ne t'exagère pas l'énormité d'un péché au point que cela te fasse douter de la miséricorde de Dieu à ton égard. En effet, qui connaît le Seigneur considérera son péché comme petit en face de la générosité de Dieu.

- Il n'est pas de faute légère en face de la justice de Dieu ; il n'en est pas de grande en face de Sa grâce.

- Nulle bonne oeuvre n'a plus d'espoir d'être agréée de Dieu que celle que tu oublies et dont tu fais peu de cas.

- Dieu ne t'envoie l'inspiration (wârid) qu'afin qu par celle-ci tu t'avances vers Lui.

- Il t'envoie cette inspiration pour t'affranchir de la main des altérités et te libérer de l'esclavage des choses créées.

- Il t'envoie l'inspiration pour te sortir de la prison de ton être vers le libre espace de la contemplation de Dieu.

- Les Lumières sont les montures des coeurs et des consciences intimes (asrâr).

- La Lumière est l'armée du coeur, de même que l'obscurité est l'armée de l'âme passionnelle. Lorsque Dieu veut faire triompher Son serviteur, Il envoie à son secours l'armée des Lumières et détourne de lui le torrent des ténèbres et des tracas.

- La Lumière permet le dévoilement ; à la vue intérieur (baçîra) appartient le jugement, et au coeur la décision d'avancer ou de reculer.

- Ne te réjouis pas d'une bonne oeuvre pour la raison qu'elle émane de toi ; mais réjouis-toi de ta bonne action pour la raison qu'elle résulte de la faveur que Dieu t'as accordé. "Dis : De la faveur de Dieu, de Sa grâce, que de tout cela se réjouissent (les hommes) : cela vaut mieux que ce qu'ils amassent" (Qur'an X, 59).

- Au gens de la Voie (sâ'ir), et à ceux qui sont parvenus au But (wâçil), Dieu a voilé la vue de leurs propres bonnes actions et de leurs états spirituels (hâl) : à ceux de la Voie parce qu'ils ne sont pas certains d'avoir avec une parfaite sincérité envers Dieu ; à ceux qui sont parvenus au But, parce qu'Il a détourné leur regards de ces oeuvres en leur accordant la faveur de Le contempler.

is10.gif

Chapitre 6




- L'avilissement de l'âme est un arbre qui a pour semence la cupidité.

- Rien de tel pour t'entraîner que la conjecture.

- Tu es libre à l'égard de ce dont tu désespères, tu es l'esclave de ce que tu désires.

- Qui ne progresse pas vers Dieu en considération de la faveur des bienfaits qu'Il lui accorde est traîné vers Lui par la chaîne des épreuves.

- Qui ne rend pas grâces à Dieu pour Ses bienfaits s'expose à en être privé ; qui Lui en est reconnaissant les entrave à son profit.

- S'il continue à t'accorder Ses bienfaits pendant que tu persistes à mal agir avec Lui, crains qu'il n'y ait là un retrait graduel de Ses faveurs : "Nous leur retirerons graduellement nos faveurs de telle façon qu'ils ne s'en apercevront pas". (Qur'an LXVIII, 44).

- Si ayant violé les règles du respect (envers Dieu), l'aspirant voit le châtiment tarder à venir, c'est ignorance de sa part de dire : "Si j'avais violé les règles de respect, les faveurs divines se seraient interrompues et, nécessairement, j'aurais été puni par l'éloignement de Dieu". Il est possible que ces faveurs lui soient retirées d'une manière dont il n'a pas conscience, et ne fût-ce qu'en le privant de tout surcroît.

- Ainsi tu seras dans la station (maqâm) de l'éloignement sans que tu t'en aperçoives, et ne fût-ce qu'en te complaisant à la satisfaction de tes désirs.

- Si tu vois un serviteur de Dieu maintenu par Celui-ci dans l'accomplissement régulier des exercices spirituels (awrâd) et favorisé d'une aide divine prolongée, ne mésestime pas les dons que Dieu lui a accordé pour la raison que tu ne vois en lui ni la marque des gnostiques (al-'ârifîn), ni la splendeur de ceux qui aiment Dieu (al-muhibbîn). S'il n'avait pas d'inspiration (wârid), il ne persisterait pas à pratiquer les exercices spirituels (wird).

- Certains, Dieu Réalité les a installés dans Son service ; à d'autres, Il a particulièrement attribué la fonction qui consiste à L'aimer. "Les uns et les autres, Nous les aidons des dons de ton Seigneur ; les dons de ton Seigneur ne sont pas limités". (Qur'an XVII, 21).

 
maroc-2009---2-031.jpg

Chapitre 7

 

 

- Il est rare que les inspirations divines (wârid) se produisent autrement qu'à l'improviste ; et cela afin d'empêcher les adorateurs de prétendre qu'elles sont la conséquence nécessaire de leur préparation spirituelle (isti'dâd).

- Si tu vois quelqu'un répondre à toutes les questions qu'on lui pose, exprimant toutes ses expériences, mentionnant tout ce qu'il a appris, conclus de là qu'il existe chez lui une certaine dose d'ignorance.

- Si Dieu a assigné la demeure dernière comme lieu où seront récompensés Ses serviteurs croyant, c'est parce que cette demeure (terrestre) n'est pas assez vaste pour contenir ce qu'Il veut leur donner; Il a en effet pour eux une telle considération qu'Il refuse de les récompenser dans une demeure éphémère.

- Trouver promptement le fruit de son action est la preuve que cette action sera agréée.

- Si tu veux connaître ton rang auprès de Dieu, vois la station où Il te maintient.

- Lorsque Dieu t'accorde le pouvoir de Lui obéir et de ne penser qu'à Lui, en oubliant cette obéissance, sache qu'Il t'a alors comblé de Ses grâces apparentes et cachées.



 Mevlana2_-_Copie_jpg.jpg

Chapitre 8

 


- Ce que tu peux demander de mieux, c'est ce qu'Il demande de toi.

- S'attrister d'avoir omis obéir à un commandement divin sans se lever pour réparer cette omission, c'est signe d'aveuglement.

- Le "connaissant" (ârif), ce n'est pas celui qui, parlant par allusion, trouve que Dieu Réalité est plus près de lui que ses allusions ; mais le connaissant est celui qui n'a plus d'allusion à cause de son anéantissement dans l'Etre et de son absorption dans la contemplation de Dieu.

- Le véritable espoir est accompagné d'action : sinon il ne s'agit que d'un souhait.

- Le "connaissant" (ârif) demande à Dieu d'être sincère dans son service, et d'observer les droits de la Seigneurie.

- Il t'a favorisé de l'épanouissement de ton coeur pour te délivrer de l'état de resserrement ; puis Il t'a donné le resserrement afin de ne pas t'abandonner dans l'état d'épanouissement ; enfin Il t'a fait sortir de ces deux états afin que tu n'appartiennes à rien en dehors de Lui.

- Dans l'épanouissement du coeur, les connaissants éprouvent une crainte plus grande que dans le resserrement.

- Rares sont ceux qui, dans l'épanouissement, observent les règles du respect (adab).

- Dans l'épanouissement du coeur, l'âme passionnelle (nafs) prend sa part en éprouvant de la joie ; dans le resserrement, elle n'a aucune part.

- Souvent Son don est privation ; souvent Sa privation est un don.

- Toutes les fois qu'Il t'ouvre la porte de la compréhension à l'occasion d'une privation, il t'apparaît que cette privation est au fait un don.

- Le dehors des choses créées est illusion séduisante : leur intérieur est un avertissement.

- L'âme passionnelle (nafs) regarde l'extérieur séduisant ; le coeur regarde le dedans, plein d'enseignement.

- Si tu veux obtenir un honneur perdurable, ne recherche pas une puissance éphémère.

- La véritable "bilocation" (tayy) consiste à plier l'espace de ce bas-monde si bien que tu voies la vie future plus proche de toi que toi-même.

-
Don reçu des créatures est privation : privation imposée par Dieu est un bienfait.    

 

  QubbatuSaada_jpg-copie-1.jpg

 

Chapitre 9




- Dieu est bien trop magnanime pour récompenser Son serviteur à terme, quand celui-ci Le sert comptant.

- Qu'il te suffise comme récompense de Sa part qu'il jugé digne de Lui obéir.

- A ceux qui pratiquent les bonnes oeuvres suffisent comme récompense les ouvertures (futûhât) qu'Il accorde à leurs coeurs lorsqu'ils Lui obéissent, et les faveurs (wârid) dont Il les comble en les faisant jouir de Son intimité confiante (mu'anasa).

- Qui sert Dieu dans l'espoir d'une récompense, ou dans la pensée que ses actes d'obéissance écarteront de lui le châtiment venant de Dieu, ne rend pas justice à Ses qualités.

- Quand Il te donne, Il te témoigne Sa bonté ; quand Il te prive, Il te témoigne Sa puissance contraignante (qahr). Dans tout cela, Il se fait connaître toi, et vient à toi avec Sa bienveillance.

- Si la privation te fait souffrir, c'est parce que tu ne vois pas Dieu en elle.

- Il se peut que Dieu t'ouvre la porte de l'obéissance sans t'avoir ouvert celle de Son agrément, mais il se peut également qu'Il détermine un péché de ta part, et que celui-ci soit la cause de ton arrivée à Lui.

- Un acte de désobéissance qui inspire l'humilité et le sentiment d'avoir besoin (de Dieu) est préférable à un acte d'obéissance qui engendre l'outrecuidance et d'orgueil.

- Deux grâces sont attachées nécessairement à toutes choses créée : la grâce de l'existentiation et la grâce de l'entretien.

- Il t'a donné d'abord la grâce de l'existence, puis celle de Son assistance ininterrompue.

- Ton indigence T'est essentiellement inhérente, et les épreuves qui te frappent (en se monde) ne font que te rappeler ce qui t'en échappait, car l'indigence essentielle n'est pas abolie par les contingences (heureuses).

- Le meilleur de tes instants est celui où tu es conscient de ton besoin (de Dieu) et tu es ramené à la réalité de ton humble condition.

- Quand Il t'inspire de l'éloignement pour les créatures sache qu'Il veut t'ouvrir la porte de son intimité confiante.

- Quand Dieu délie ta langue en t'inspirant de le prier sache qu'Il veut t'exaucer.

- Au connaissant (ârif) jamais n'échappe le sentiment de son besoin extrême (de Dieu) ; jamais il ne s'attache à un autre que Dieu.

- Dieu a éclairé les choses extérieures par les lumières de ses créatures, et Il a éclairé les consciences intimes (sarâ'ir) par les lumières de Ses propres qualités. C'est pourquoi la lumière des choses apparentes décline et disparaît et que ne décline pas la lumière des coeurs et des consciences intimes ; ainsi qu'on l'a dit :
« Le soleil du jour disparaît la nuit ; Le soleil des coeurs jamais définis »
Tag(s) : #AL-HIKAM

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :