Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

20130905 171038-copie-1     

 Photo profil

 

Idriss de Vos

 

Son blog :  http://idrisdevos.blogspot.fr/ 

 

Quatrième de couverture:    


Mobile premier de l’existence, selon les maîtres soufis, l’amour a toujours été un thème central de la mystique musulmane. Le vaste héritage qu’il compose s’étend de la prose à la poésie en des formes singulières toutes rattachées à des principes communs qui en font la cohérence. Le présent ouvrage n’est rien de moins que la première étude approfondie en langue française du thème de l’amour dans l’enseignement soufi. Il est original en cela qu’il ne traite pas d’un auteur particulier, mais se propose de passer en revue les divers aspects de cet enseignement et de les illustrer par les paroles des grands maîtres. Il aborde ainsi des questions théologiques telle que celles de la création du monde et de l’amour divin ; des questions philosophiques se rapportant à la nature de l’amour et de son objet ; et des questions pratiques telles que celles du détachement, du sacrifice, mais aussi, du bonheur. C’est au moyen d’une terminologie précise et d’un style poétique unique que l‘auteur nous guide à travers les sentiers subtils de l’amour. C’est en somme une réflexion et un parcours qu’il nous propose. Et c’est en parallèle l’occasion d’un partage : 

J’ai de l’amour, sachez, d’insignes connaissances. 

Qui la passion n’instruit, n’entretient qu’ignorance. 

 

 

 

 

 

  L'amour à l'origine de l'acte créateur

 

 

 

Selon l’avis unanime des plus grands maîtres soufis et des savants musulmans qui ont consacré de leur plume à cette question, l’amour de Dieu est une évidence, bien qu’indéfinissable, à l’origine même de la création.
Le Sheikh Muhyî ad-Dîn Ibn ‘Arabî, cet éminent et illustre gnostique que les gens de la voie surnomment « Le plus grand des maîtres », associe la conviction de la création du monde par amour à une parole prophétique dont la lettre même exprime explicitement ce principe admis. Le Prophète rapporte dans ce hadith la parole de Dieu suivante : « J’étais un trésor caché et J’ai aimé être connu. Aussi ai-je créé les créatures et Me suis-je fait connaître d’elles. C’est ainsi qu’elles Me connurent. » Partant de ce principe, Ibn ‘Arabî déclare : « Sache que la station spirituelle de l’amour est une station éminente, l’amour étant à l’origine du monde. »    
Dans son ouvrage consacré au thème de l’amour, Rawdât al-muhibbîn (Le Jardin des soupirants), le célèbre savant Ibn Qayyim al-Jawziyya donna au quatrième chapitre le titre suivant : « Comment le monde supérieur et le monde inférieur ont-ils été existenciés par l’amour et pour l’amour ; et comment les mouvements des astres, du soleil, de la lune et des étoiles, ainsi que les mouvements des anges, de l’ensemble des êtres vivants et de toute réalité animée, se réalisent en vertu de l’amour. »
Il déclare dans ce chapitre  :
La réalité de l’amour est une inclination de l’âme vers son objet. L’amour est ainsi un mouvement ininterrompu. La perfection de l’amour consiste à faire acte de servitude, de subordination, de soumission, et d’obéissance vis-à-vis de l’aimé. Cette disposition est la vérité en vertu de laquelle ont été créés les cieux et la terre, ce monde et l’autre monde. Le Très-Haut déclare en ce sens : « Nous n’avons créé les cieux, la terre et ce qui se trouve entre les deux, qu’en vertu de la vérité. »; Il dit aussi : « Nous n’avons pas créé le ciel, la terre et ce qui se trouve entre les deux en vain. »
De la quête paradoxale
Tu ne saurais trouver une chose que tu ne cherches pas. Excepté dans le cas du Bien-Aimé : avant de L’avoir trouvé, tu ne Le cherches pas.
Lorsque l’homme désire une chose qu’il n’a pas trouvée, il la recherche jour et nuit. Mais sa recherche serait étonnante si elle ne cessait après avoir trouvé l’objet de son désir. En effet, un désir se portant sur un objet déjà trouvé ne peut se figurer dans l’esprit humain ; l’homme ne peut imaginer un désir semblable, car il est attiré par le nouveau. La recherche portant sur la chose déjà trouvée est propre à Dieu.
Roumi    

 

Les contraires
"Une des caractéristiques de l’amour est que l’amant concilie en son amour les contraires, afin qu’il puisse être réellement à l’image de Dieu, en vertu de la capacité à choisir dont il dispose. C’est la différence entre l’amour naturel et l’amour spirituel. Or l’être humain rassemble les deux. Et s’il concilie les contraires en son amour, c’est qu’il est à l’image de Dieu qui Lui-même s’attribue les contraires. Il dit en effet : « Il est le Premier et le Dernier, et Il est l’Apparent et le Caché. » L’amour concilie les contraires en cela qu’une de ses caractéristiques consubstantielles est de tendre à l’union avec l’aimé, tandis qu’une autre de ses caractéristiques consubstantielles est de vouloir ce que veut l’aimé, même si celui-ci choisit la séparation. Dans ce cas en effet, si l’amant choisit la séparation, il fait ce qui est contraire aux exigences de l’amour : puisque l’amour tend à l’union. Si à l’inverse il choisit l’union, il va également contre les exigences de l’amour, parce qu’un amant doit vouloir ce que veut l’aimé. L’amant est donc disculpé quoi qu’il choisisse. Et en définitive, le moyen de concilier ces deux exigences consiste à incliner pour la volonté de séparation de l’aimé [s’il la souhaite], mais pas pour la séparation elle-même, tout en aspirant à l’union. On ne peut aller plus loin. Cela s’apparente au fait d’agréer le décret de Dieu. L’individu qui agrée celui-ci est qualifié de satisfait, même s’il n’agrée par le fait décrété en lui-même." 
 Extraits de "l'amour universel, un cheminement soufi" 
Tag(s) : #LIVRES

Partager cet article

Repost 0