Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

pedro00.jpg

La lettre du Père Pedro Opeka

 

Chaque enfant a droit à un bout du ciel  

 

 

pedro-02.gif

 

 

En ce mois de juin 2010, nous célébrerons le mois de l’enfant. Ce sont les Nations Unies qui ont voulu cette célébration chaque année, parce que les droits des enfants sont toujours bafoués!

Si on regarde autour de nous, dans nos quartiers, dans  nos rues, dans les pays pauvres comme dans les pays riches, partout on voit des enfants livrés à eux mêmes! Malgré tout le progrès scientifique et technique dont nous nous vantons, nous n’avons pas pu réduire radicalement  la pauvreté, ni l’exclusion des enfants, surtout dans nos Grandes Villes!

Quand il s’agit de progrès pour les plus pauvres, quand il s’agit de résoudre les problèmes des enfants des rues, tout va trop lentement! Quand il s’agit d’aider les gens aisés, de sauver des banques internationales ou des multinationales, le temps presse, on arrive toujours à trouver la solution adéquate dans un temps record!

Comme on peut le constater : deux poids, deux mesures! Il ne s’agit pas de critiquer mais de faire un constat! On a plus de cœur pour les personnes aisées qui sont en difficulté que pour les plus pauvres de nos frères! Depuis toujours, notre mentalité est comme « colonisée », on a tendance à croire plus vite en un riche qu’en un pauvre! On a plus d’intérêt à prêter à un riche qu’à un pauvre! L’adage « on ne prête qu’aux riches » influence notre subconscient! Les pauvres manquent d’union, de conviction, d’organisation et de persévérance pour défendre leurs droits!

Ainsi malheureusement, cela prendra encore du temps pour changer les mentalités, et ce, malgré les efforts qui sont entrepris. Les apparences ont plus de force que la vérité, la solidarité et le partage! Combien de belles promesses avons-nous entendues à l’occasion de propagandes politiques, pour enrayer la pauvreté et trouver des solutions  pour les enfants des rues ? Et pourtant cela n’est que de la « fumée ». Après les élections, toutes ces belles idées sont bien rangées dans des tiroirs jusqu’aux prochaines échéances!

Mais quand nous réfléchissons sur la vie des enfants, cela devrait être différent! Les enfants c’est ce qu’il y a de plus sacré sur terre, ce sont eux les plus beaux cadeaux dans notre univers! L’enfant est celui qui incarne l’avenir de notre terre, le futur de l’humanité! L’enfant est celui qui couronne la vie des hommes et il est le but de   tous nos progrès! Mlheureusement, nous constatons qu’ils sont encore des millions, présents dans tous les continents, qui errent dans la rue et qui vivent sans le minimum nécessaire qui leur permettrait de mener une vie décente!

Le fruit de cette injustice, que l’on fait à un enfant, se retourne contre la société elle-même puisque cet enfant peut devenir violent et être un ennemi de la société dans laquelle il est né! Tout cela est du à notre indifférence, notre manque d’engagement et notre manque de justice et de vision! Même les enfants des pays riches peuvent eux aussi se retrouver quelque part dans une forme d’exclusion!

Comment est-ce possible que nous, qui avons tant étudié, réfléchi, fait des recherches dans des domaines les plus difficiles voir même impossibles, comment n’avons nous pas compris qu’un enfant qui souffre, qui ne mange pas à sa faim, qui ne va pas à l’école, qui ne peut pas se soigner, qui n’a pas de logement digne et qui ne possède pas une famille unie et équilibrée, est forcément déjà un exclu!

Mon frère, que fais-tu toi qui  a une responsabilité dans la Communauté pour sauver les enfants des rues, les enfants abandonnés, les enfants blessés par la vie? Les enfants des pays riches sont, eux aussi, exclus du partage du bonheur. Ils sont exclus de l’amour, de la tendresse, par contre ils sont inondés de cadeaux, de chocolats, de jouets et  de tant d’autres gadgets! Ces enfants se sentent, malgré tout mal dans leur peau, perdent leur dynamisme et n’ont plus la volonté de lutter dans la vie, tout leur est dû!

Finalement les enfants pauvres comme riches se retrouvent dans la même exclusion, par manque de tendresse et surtout d’amour! Face à cette tragédie où des millions d’enfants n’ont pas le minimum nécessaire pour vivre, nous devrions unir nos forces pour faire davantage pour que ces enfants puissent être sauvés et puissent vivre dans la dignité. C’est tout simplement un droit que possèdent tous les êtres humains sur terre!  Etre respecté et aimé, manger à sa faim, pouvoir se soigner, avoir un logement digne, aller à l’école, s’instruire  et préparer un futur digne d’un être humain!

Un programme tant de fois répété dans les plus grands lieux de réunions internationales, si simple à comprendre, si facile à mettre en pratique et pourtant tous ces programmes piétinent et sont en panne! Non pas par manque d’argent, mais par manque de foi, de passion, de sacrifice, de bonne volonté et de bon sens!

Nous n’avons pas assez de force et de conviction pour réduire cette pauvreté qui fait honte à notre Humanité! Nous manquons de courage, d’imagination, de persévérance!
Sachons davantage travailler ensemble pour éradiquer ce mal de vivre de nos enfants! Cela est possible!  Il faut avoir un peu plus de volonté, d’amour, d’idéal, de vision à long terme. Si nous restons seulement dans les statistiques et l’indifférence nous irons forcément dans le mur!

Il ne faut pas avoir de grands diplômes d’universités renommées pour comprendre que, si nous ne nous occupons pas de ces enfants, nous n’aurons pas de vieillesse tranquille! Déjà, dans les grandes villes des pays riches, les personnes âgées sont souvent attaquées, rouées de coups et volées de leurs biens!

Nous avons tous les moyens de pouvoir construire un monde plus juste, plus solidaire et plus fraternel! Mais il faut s’engager concrètement! Nous devrions chaque année pouvoir dire combien d’enfants nous avons réussi à sortir de la rue, de l’enfer, d’une décharge, et ce, à travers toute notre Planète! Les résultats sont urgents dans ces domaines!

Nous sommes étonnés du manque de dissuasion de la part des premiers responsables de la Ville qui laissent s’installer des enfants dans la rue sans qu’ils soient inquiétés! Si ces enfants étaient davantage dissuadés, ils seraient beaucoup moins dans la rue! C’est un constat réel!

Les enfants sentent le « laisser aller » de la classe dirigeante de la Ville et le manque de conviction du service d’ordre pour les dissuader! Alors ils en profitent! On ne peut pas, sous prétexte de liberté, laisser les enfants responsables de leur propre sort! Il est encore temps de créer une structure qui prendrait à bras le corps  ce travail d’aider les enfants oubliés dans la rue, et faire en sorte de les remettre dans leur famille. Cela est encore possible surtout dans certains pays où la solidarité familiale n’est pas encore abîmée. Sinon il faut créer de nouvelles infrastructures pour les accueillir et les éduquer!

Il est vrai aussi que certains enfants n’ont rien à manger dans leur famille! Leur maman peut être une femme seule séparée de son mari, et ne plus arriver à faire manger ses enfants! Alors c’est le « sauve qui peut » dans la famille! Les enfants se rendent compte que les adultes parlent beaucoup mais ne font rien! Ils donnent des conseils, mais ne croient pas à ce qu’ils disent!

Les enfants ont une très grande capacité pour saisir l’âme de la personne qui leur parle et les éduque! Beaucoup d’éducateurs ne souhaitent pas trop s’engager après les cours, ils sont fatigués et veulent rentrer dans leur famille et se reposer! Mais ce combat pour la dignité des enfants, pour leur avenir et leur  éducation est d’une importance capitale dans chaque pays! Il nous faut mettre tous les moyens pour vaincre le pessimisme et ce « laisser aller », il faut combattre ce grave problème qui laisse nos enfants dans la rue, sans but et sans objectif!

Ces enfants seront perdus pour la société et deviendront une charge  très lourde pour tous dans un proche avenir, si nous ne faisons rien! Les enfants commencent très tôt à tomber dans la tentation de goûter aux interdits! Ils commencent à boire de l’alcool, à se droguer et à se prostituer! Tout cela se tient étroitement! C’est la chute dans le vide! Heureux ceux qui pourront se relever! Il nous faudra beaucoup de temps et des moyens considérables pour les y aider!

Il y a forcément quelque chose à faire, il faut qu’il y ait une réaction de la part de ceux qui, dans les Grandes Villes, sont les premiers responsables! Il nous faut énormément de courage et d’imagination pour trouver les solutions aux drames des enfants des rues! La rue ne peut jamais apporter une éducation, elle prépare les enfants à la violence, à voler et à mentir pour survivre! Tous les moyens sont bons pour avancer et vivre!

Plus la Ville sera envahie par les enfants, plus le mal sera grand, plus les solutions seront difficiles à trouver et plus l’anarchie s’installera dans  toute la Ville! Les enfants aiment la liberté et veulent être sans contrainte, mais il y a un temps pour tout! Et souvent c’est une liberté mal comprise! Il faut être libre pour faire le bien commun! Devant le « mal être » des enfants des rues, la famille est la première responsable, ensuite L’Etat, puis Les Eglises et enfin les ONG.

Nous avons du « pain sur la planche », en tant que parents et éducateurs. Nous ne pouvons pas démissionner et jeter l’éponge! Nous devons continuer à être à coté d’eux, les écouter, les recevoir et les respecter. Il y aura un jour un déclic qui ouvrira une grande espérance! Tout effort est payé tôt ou tard! Ne laissons pas notre Ville sombrer dans le chaos! Nous pouvons  réagir concrètement et porter des solutions viables et pratiques pour que le nombre d’enfants dans la rue diminue fortement, et pourquoi pas un jour disparaisse totalement!

C’est un souhait qui est partagé par tous les parents responsables et qui souhaitent, au plus profond de leur cœur, préparer un avenir digne et  dans la paix pour leurs enfants! Notre objectif devrait être de sauver tous les enfants en péril, et sans oublier personne!

Les solutions pour lutter pour la diminution du nombre d’enfants dans la rue existent sur place. Ce qui est nécessaire c’est la bonne volonté, la passion, la persévérance et surtout l’amour envers nos enfants qui ont le droit d’être aimer et d’aimer à leur tour!

Vive tous les enfants de La Terre dans tous les pays du monde!  L’enfant, face aux exactions de toute sorte de la part des adultes, doit être protégé! La violence qu’il voit à la télévision n’est pas bonne pour son équilibre psychique! Il est étonnant que tant de jeunes aujourd’hui aiment regarder des films d’horreur! Le mal ne peut en aucun cas devenir un divertissement pour des enfants!

Demandons-nous pourquoi nous avons tant de jeunes « renfermés », des jeunes qui se sentent mal dans leur peau et qui deviennent indifférents  à tout ce qui arrive autour d’eux! Nous vivons dans une société qui veut nous épargner toute souffrance, douleur ou drame, mais c’est le contraire qui arrive!

Combien de propagandes nous disent : «Laissez nous faire, on s’occupe de vous! ». Personne ne peut s’occuper de nous à notre place, chacun est libre et unique, alors chacun doit vivre sa vie et se dépenser sans compter, faire des efforts pour avancer et progresser dans sa vie! A Akamasoa nous essayons d’éduquer nos enfants pour qu’ils puissent devenir responsables, avoir de la compassion pour les autres, savoir partager et aider tous ceux qui vivent dans une plus grande pauvreté qu’eux!

L’école se passe dans un cadre sérieux, mais les cours sont souvent  intercalés par des chants et on prépare souvent les danses pour la prière du dimanche! Cela les aide à s’exprimer, à être quelqu’un,  à être regardé et admiré par leurs parents ou amis!
Les enfants ont le droit de vivre dans la plus grande joie et sérénité ainsi que dans la spontanéité!

Malheureusement, la violence est souvent présente dans leur famille et autour d’eux! L’alcool et le chanvre local font des ravages! Combien de femmes enceintes ne font pas attention à elles ni aux enfants qu’elles attendent, en continuant à boire! Combien d’enfants, une fois nés, ne peuvent pas suivre les cours normaux!

Nous avons encore tellement à faire pour lutter pour que les droits des enfants soient respectés et appliqués dans tous les pays de notre terre! Mais les différentes idéologies, coutumes ancestrales ou lois religieuses (issues de certaines religions) empêchent que les enfants soient traités comme il se doit, et les empêchent de vivre dans un monde qui les respecte!

Il est vrai qu’il existe des pays où l’enfant est trop adulé et gâté, mais il existe tant d’autres pays où l’enfant est maltraité! Il nous faut trouver un chemin qui puisse être le plus respectueux de  l’enfant et qui puisse lui donner toutes les chances de réussir sa vie dans les meilleures conditions possibles afin qu’il puisse un jour servir la Communauté qui l’a fait grandir!

Ce que nos enfants seront demain dépend du respect et de l’amour que nous leur donnons aujourd’hui!

 

Père Pedro

Tag(s) : #Pensées et réflexions...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :