Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

imran-hosein-murabaha-riba-detournee.jpg

 

 

 

 

Murabaha, ou l’usure détournée.

 

 

Pourquoi dites-vous que la Murabaha (revente avec une marge) est de l’usure (riba) détournée ? Il est arrivé que le Prophète (Paix Et Bénédictions sur lui) se rende dans des échoppes pour y acheter des marchandises, et qu’il ne possédait pas suffisamment d’argent pour les payer.   Le vendeur lui fournissait alors les marchandises et le Prophète (Paix Et Bénédictions sur lui) promettait de les payer plus tard. C’est ce qu’on appelle une opération de crédit.

Ainsi, une opération de crédit, acheter aujourd’hui et payer plus tard, est halal. C’est un acte Sunnah.

Toutefois, le fait que le magasin devait attendre son argent, cela ne l’autorisait pas à augmenter le prix. Si vous augmentez le prix parce que vous devez attendre votre paiement, alors l’argent pourra croître au fil du temps. Et ceci est du Riba (usure). L’argent ne peut pas croître en raison du temps.

Donc une opération de crédit est autorisée, à condition que le montant du crédit et le montant du paiement soient les mêmes. Il ne peut y avoir aucune augmentation de la valeur du crédit sur ​​celle du paiement.

Si le montant du crédit est plus élevé que celui du paiement, alors la différence entre les deux est considérée comme étant Riba (de l’usure).

 

 

murabaha-sc.png

 

Voici ce que font les banques islamiques à travers le monde: si vous voulez acheter une maison et que vous n’avez pas l’argent nécessaire pour la payer au comptant, (admettant que) le prix au comptant est de 150 000 € les banques islamiques vous disent pas de problème, nous allons acheter la maison pour 150 000 € (qui représente la valeur du prix au comptant), mais ensuite nous allons vous revendre cette maison à crédit. Nous vous donnons 20 ans pour le rembourser. Mais (puisque que nous devons attendre 20 ans pour récupérer notre argent), la valeur du montant du crédit est maintenant le double de celle du prix au comptant : 300 000 €.

La différence entre le montant (final) du crédit et le montant (initial) du prix au comptant devient Riba (de l’usure). Mais pas pour la Banque islamique qui déclare qu’il s’agit de « Murabaha ».

Pour les défenseurs de la Murabaha, celle-ci est une transaction dans laquelle un bien est vendu moyennant un bénéfice (c’est une majoration du prix initial). L’acheteur et le vendeur connaissent ainsi le montant du profit (la majoration appliquée par la banque islamique) et l’acceptent tous les deux. Or cette opération n’est pas une vraie Murabaha, c-a-d. un prêt sans intérêt comme détaillé dans l’exemple du Prophète susmentionné, pas du tout. Si cela avait été une transaction au comptant (cash), oui. Mais concernant la méthode des banques, il s’agit-là d’une opération de crédit (majoré). Et la différence entre le prix (final) du crédit majoré et le prix (initial) au comptant est Riba (usure).

C’est ce que j’appelle une utilisation détournée de l’usure (riba) Et si vous n’êtes pas d’accord avec moi, pas de problème. Si les gens veulent utiliser les banques islamiques; bien sûr qu’ils peuvent le faire. C’est votre choix.Mais si vous dites que j’ai tort et que vous vouliez me faire taire, ou que vous vouliez me fermer les yeux, ou que vous vouliez venir m’affronter avec des gants de boxe, rappelez-vous que je peux vous défier, souvenez-vous juste de cela !

 

 

Article initialement publié sur imranhosein.org.Traduction par Laïla. et Salim. Baraka Allahu fikoum

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :