Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


saadi1.jpg
Un roi avait condamné à la mort un prisonnier de guerre, et allait donner le signal pour le faire mourir. Ce malheureux, n'ayant plus d'espoir, dit au roi, dans sa langue, toutes les injures qu'il put imaginer; car le désespoir ne garde plus de mesure : le chat terrassé arrache les yeux au tigre ; et quand il ne reste plus de ressource pour la fuite, on saisit de sa main le glaive tranchant de son ennemi.

Le roi ayant demandé ce qu'il avait dit :
- O roi ! dit un courtisan, cet infortuné s'écrie que le paradis est pour ceux qui pardonnent, et il espére sans doute que ces paroles seront comme les voiles qui le conduiront au port de ta clémence.

 En effet, le roi fut touché, et lui sauva la vie.

 Un autre courtisan, ennemi du premier, dit alors :
- Il est indigne de gens comme nous de ne pas dire la vérité devant le roi : ce prisonnier vient de prononcer contre lui l'outrage le plus sanglant.

 Le prince, le regardant avec indignation, lui répondit: Son mensonge est humain , et la vérité est cruelle ; il voulait sauver un malheureux, tu n'as cherché qu'à le perdre. Le mensonge qui apporte le salut vaut mieux que la vérité qui enfante la destruction. Malheur au favori qui ne donne ses conseils que pour nuire!

On lisait cette inscription sur l'arc de Feridoun :

- "O mon frère! le monde ne reste à personne; attache ton cœur au Créateur de l'univers, et c'est assez; ne mets donc point ta confiance dans le monde. Combien d'autres t'ont déjà devancé ! Ils ont disparu : qu'importe donc de mourir sur la terre ou sur le trône?".

Tag(s) : #SAADI

Partager cet article

Repost 0